Courriers d'Athènes

Ce blog présente une sélection d'articles de la presse et de la blogosphère hellénophones traduits en français.

Mobilisation contre la violence de l’Etat, par Iassonas Panagiotopoulou

leave a comment »

Le squat historique d’Athènes Villa Amalia a été évacué fin décembre 2012 par la police et clos. Après l’interpellation d’une centaine de militants lors de la tentative de réoccupation du squat le 9 janvier, retour sur la grande manifestation du samedi 12 janvier, dans le centre  d’Athènes,  en soutien aux personnes arrêtées.

46086_196461227161763_1196949153_nPlus de 8.000 personnes du milieu anarchiste et libertaire ont manifesté samedi dans le centre d’Athènes, donnant une puissante réplique à la récente vague de répression des squats et des espaces autogérés, ainsi qu’au terrorisme d’Etat, après à l’arrestation de 100 personnes lors des opérations policières contre la tentative de réoccupation de la Villa Amalia et l’évacuation du squat Scaramanga.

Il s’agit numériquement de l’une des plus grandes manifestations anarchistes des annales, animée et riche en slogans, en dépit de la présence étouffante de la police anti-émeute (MAT) sur les flancs du défilé.

« Liberté pour les squats et les militants, détruisons le totalitarisme actuel », indiquait la première banderole en tête de la manifestation, laquelle a commencé en début d’après-midi rue Panepistimiou pour arriver en fin d’après-midi devant les tribunaux de la rue Evelpidon, où les 92 personnes interpellées lors de la réoccupation de la Villa Amalia devaient être présentées au juge d’instruction. Un peu de tension est apparue au début de la rue Patission, lorsque la police anti-émeute a tenté de former un « cordon » sur les côté du cortège, avant d’être repoussée par l’encadrement de la manifestation.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées par solidarité jusque tard dans la soirée à l’intérieur des tribunaux, d’où sont finalement ressortis libres les 92 interpellés de la Villa Amalia, avec obligation de se présenter une fois par mois devant la police et interdiction de sortie du territoire. Au même moment, dans une volée de communiqués – du genre de ceux que reprend tels quels le journalisme orienté des journaux dominicaux – le gouvernement ciblait les squats et les espaces autogérés. Ces communiqués marquaient l’adoption totale de la rhétorique gouvernementale de la « tolérance zéro » et des « espaces d’illégalité », présentant en même temps les photos des prochaines évacuations, le squat VOX à Exarcheia en premier plan.

Article paru dans le quotidien Efimerida ton Syndakton, le 14 janvier 2013, traduit du grec par AR

Lien vers l’article original : Βίλα στη βία της εξουσίας

Publicités

Written by AR

18 janvier 2013 à 18:47

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :