Courriers d'Athènes

Ce blog présente une sélection d'articles de la presse et de la blogosphère hellénophones traduits en français.

Posts Tagged ‘DIMAR

Le visage hideux de la droite grecque

with one comment

85 députés du parti conservateur Nea Demokratia ont déposé un texte qui entend privilégier la « loi du sang » pour entrer dans la police ou dans l’armée du pays. Avec cet amendement, il ne suffira plus d’être citoyen grec pour accéder à ces fonctions, il faudra aussi être de « souche grecque ».  Pour le quotidien Efimerida ton Syndakton, cette initiative raciste révèle le vrai visage de Nea Dimokratia, qui rallie l’extrême droite et affiche son mépris des droits de l’homme et des citoyens.

La quasi totalité du groupe parlementaire de Nea Dimokratia a montré son véritable fondement idéologique, celui d’une droite dure et non repentante, malgré les réactions acerbes de ses partenaires gouvernementaux, en déposant le projet d’amendement relatif aux écoles de la police et de l’armée. Une initiative bien sûr saluée frénétiquement par [le parti néonazi] Chryssi Avgi.

L’ascendance devient désormais un obstacle à l’entrée de citoyens grecs d’origine étrangère dans les forces armées. Un énorme retour en arrière dans le contexte européen, une inspiration malsaine qui exalte des nationalismes moyenâgeux et des ultrapatriotismes rhétoriques et dangereux. La loi du sang est de retour (!), et son caractère nazi donne la chair de poule ; la citoyenneté fout le camp.

Le pays emprunte des routes dangereuses, sur lesquelles paradent en grandes pompes les 85 députés de Nea Dimokratia et les ultranationalistes de Chryssi Avgi. Voilà un gouvernement qui essaye, dit-il, de nous sortir de la crise, tout en nous menant vers une autre crise dangereuse, celle de l’identité. Une initiative totalement anticonstitutionnelle, selon le PASOK, un obscurantisme moyenâgeux pour le DIMAR [Gauche démocratique].

Au même moment, le groupe parlementaire de Nea Demokratia rejetait les trois articles controversés du projet de la loi Roupakiotis, qui devaient donner le droit à la Cour de cassation (Aréopage) et au Conseil d’Etat de réexaminer les affaires de droit civil, suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Il était rejoint par les députés des Grecs Indépendants [droite dure] et de Chryssi Avgi, marquant ainsi la collaboration parfaite de toutes les nuances droitières formant le gris de la droite traditionnelle.

Ce virage à (l’extrême) droite se prolonge même. Dans une lettre adressée au Premier ministre, la Commission nationale des droits de l’homme (EEDA) condamne l’attitude inacceptable, voire détestable, du secrétaire général du gouvernement, Panagiotis Baltakos, vis-à-vis des membres de la Commission, et – surtout – vis-à-vis des droits de l’homme.

Dans l’unique rencontre que les membres de la Commission ont pu obtenir – après maintes difficultés – auprès du secrétaire général du gouvernement, celui-ci leur a déclaré cyniquement qu’il n’était intéressé ni par le travail de la Commission, ni par les droits de l’homme, ni par les obligations internationales du pays dans ce domaine ! A partir du moment où la Commission est soutenue dans sa composition et dans sa structure par le Secrétariat général du gouvernement, cette dénonciation se porte également contre le Premier ministre, dans la mesure où celui-ci, depuis des années, a M. Baltakos pour conseiller juridique. La lettre a été envoyée au Premier ministre il y a deux mois, et n’y ayant pas répondu, il se compromet lui-même, montrant qu’il partage l’indifférence de son conseiller vis-à-vis des droits de l’homme.

D’un pas régulier, le gouvernement montre que son intérêt pour la politique centriste  était un pur artifice pré-électoral. Dans le triumvirat qu’il forme désormais avec les Grecs Indépendants et Chryssi Avgi, il présente son vrai visage : figé, impassible, dur et antidémocratique.  Voilà la droite.

1 Antonis Roupakiotis : ministre de la Justice, de la Transparence, et des Droits de l’homme

Editorial du journal Efimerida ton Syndakton, du 27  février 2013, traduit du grec par AR

Lien vers l’article original : To παγερό προσωπείο της Δεξιάς

Publicités

Written by AR

28 février 2013 at 01:06

%d blogueurs aiment cette page :